Eugène MARTEL

Eugène Martel (1869-1947)

     Originaire du Revest-du-Bion, Eugène Martel entre en 1892 à l’École des Beaux-arts de Paris, dans l’atelier de Gustave Moreau, En 1898, il retourne définitivement dans son « cher » village natal qu’il ne quittera que très exceptionnellement pour participer à des Salons et à des expositions (surtout avant 1914) ou pour visiter sa famille. Il reste néanmoins en contact épistolaire avec ses amis peintres, Matisse, Rouault, Marquet, Bréal, Milcendeau, Bussy… À partir des années 1930, il se liera d’amitié avec Jean Giono, mais rompt avec lui en 1939 à la suite d’un conflit idéologique.

     Très exigeant pour son œuvre, il peindra peu on ne connaît de lui qu’une centaine de tableaux à l’huile et une soixantaine de dessins répertoriés – et sera avant tout un portraitiste et un peintre social, véritable ethnologue du milieu paysan dans lequel il vit, un milieu saisi essentiellement dans des intérieurs où les personnages – les humbles du village – surgissent du clair-obscur. Observateur minutieux, metteur en scène méthodique, il raconte en quelque sorte l’histoire de la société rurale du début du XXe siècle sur le plateau d’Albion et peint les lueurs d’un monde qui disparaît : une Provence discrète, repliée sur soi, à l’image du peintre lui-même.

     Au total, une œuvre forte et attachante, qui se répartit en de multiples collections privées ou publiques. Parmi ses œuvres les plus remarquables, on citera de très évocatrices scènes d’intérieur :

      Paysans au coin du feu (1896: Musée Calvet à Avignon), Le café des sœurs Athanase (1904),  Les quatre sœurs Jourdan (1907),  La partie de cartes (1929; Musée Granet à Aix-en-Provence); des portraits; L’oncle Fortuné Martel (1922); et trois autoportraits (1920,1938,1944).

     Eugène Martel et son œuvre ont été présentés en 1991 au Musée Louis Vouland à Avignon et un ouvrage très illustré lui a été consacré la même année par G. Coulomb et P. Martel aux Éditions Alpes de Lumière.

Source: « La montagne de Lure » encyclopédie d’une montagne en Haute-Provence
« Eugène Martel » redécouverte d’un peintre moderne
de Geneviève Coulomb et Pierre Martel
aux éditions Alpes de lumière

Paysans au coin du feu (1896)
Paysans au coin du feu (1896)
Le café des soeurs Athanase (1904)
Le café des soeurs Athanase (1904)
Les quatre soeurs Jourdan (1907)
Les quatre soeurs Jourdan (1907)
L'oncle Fortuné MARTEL (1922)
L’oncle Fortuné MARTEL (1922)
Autoportrait (1944)
Autoportrait (1944)
L'atelier de la couturière (1900)
L’atelier de la couturière (1900)
Terrasse de café au Revest (1918)
Terrasse de café au Revest (1918)
L'heure du grand Alexis (1907)
L’heure du grand Alexis (1907)
L'hymne russe (l'orphéon du Revest) (1918)
L’hymne russe (l’orphéon du Revest) (1918)
Idylle alcoolique (1906)
Idylle alcoolique (1906)
Intérieur de café (1901)
Intérieur de café (1901)
Le café au petit jour (1905 - 1910)
Le café au petit jour (1905 – 1910)
La porte du Mistral (1928)
La porte du Mistral (1928)
Autoportrait (1920)
Autoportrait (1920)

Précédent
Suivant